les copains du kibou

de la cuisine, des copains, des bières

25 janvier 2007

de l'iode et des arêtes

_poisson_avril

Pour cette fois, il n’y aura pas de photo de moi parce que c’était pas présentable (non, c’est pas parce que d’habitude c’est pas moi qui les fais et qu’on s’est embrouillé le soir du poisson. Pas du tout.)

Bien, alors il faut savoir que le poisson, surtout au court bouillon, c’est pas beau à présenter. Alors, évitez d’en faire le soir de la belle- mère. Sauf si vous voulez la faire suer, alors là tous les coups sont permis (y compris le tri préliminaire d’aretes qui tomberont sur elle, pas de bol). Je dis ça, si ça se trouve je parle à des pros de la présentation. Y’a une foule de lecteurs de blogs culinaires qui font des hautes études d’hotellerie option « présentation de poisson » et autres trucs très importants dans la vie.
Pour moi, ça arrive sur la table encore dans le court bouillon, j’essaie de le sortir, ce putain de bestiau se casse (c’est pas solide ces saloperies d’aretes de mes deux…), ça gicle partout. Si vous aviez prévu de sortir après, faut prévenir vos invités qu’ils prévoient un imper pour diner. Sinon, ça peut être rigolo, une bande de copains du kibou qui se reconnaisent à l’odeur de poisson.
Ah et puis un autre détail, chez moi, les proportions, les temps de cuisson, tout ça, c’est toujours un peu aléatoire, alors, c’est con je vais perdre plein de lecteurs (si, j’en ai plein, je vous assure. ), mais, ici, ce ne sera jamais très précis, avec mes conseils, faudra pifomètrer, rectifier, feelinger. Mais j’ai pensé à tout, au cas où vous avez besoin,vous avez un lien pour aller chez marmiton, comme ça vous êtes tranquille. Et puis vous m’foutrez la paix.

Bon, commençons par le début,
Achetez un poisson entier, genre un lieu noir, c’est pas cher, c’est très bon, c’est parfait pour inviter vos copains quand vous êtes fauchés. Ou que même pas, mais que c’est pas une raison. Si vous trouvez qu’un poisson entier c’est trop, c’est pas grave, vous le coupez en tranches de tailles différentes (genre pour deux, ou trois personnes, selon les besoins que vous aurez, et vous les congèlerez) . Vous les laisserez dégeler un peu pis vous les jetterez dans le court bouillon que vous aurez aussi congelé. Je congèle tout, moi.

Alors on y va pour un court bouillon qui tue, même si c’est un rien con à faire, les mémés n’ont aucun mérite.

Court bouillon (tin tin !)
Mettre à bouillir 2 litres d’eau avec 1 cuillère à soupe de vinaigre, 2 oignons, 1 échalote, un bouquet garni, du gros sel, poivre. Françoise conseille de laisser bouillir ça 15 minutes minimum. Soyons sérieux 2 secondes et obéissons lui. Le poisson ça rigole pas. Sauf si quelqu’un manque de s’étrangler avec ses aretes. Mais il faut vachement d’humour pour ça.

Bien, quand c’est prêt, j’espère que vous avez été assez malin pour le laver, l’écailler, le vider le temps que le bouillon vivait sa vie. Sinon, ben grouillez vous, sinon vous allez paniquer pendant l’apéro. Et vous vous plaindrez. Je le sais, je suis comme ça, et après, c’est le préposé à la vaisselle qui trinque. Après, il faut le mettre dans l’eau(le poisson, hein! pas de blagues les gars) surtout, il ne faut plus de bouillons dans le court bouillon. Non, je suis sérieuse là, faut pas croire, il y a des choses importantes pour moi aussi. Bref, baissez le feu surtout. Après, vous pouvez boire un coup en attendant que ce soit prêt, mais gardez un œil dessus. JAMAIS DE BLOUP BLOUP, ça a le droit de frémir c’est tout. Sinon, Françoise vous prédit le pire des poissons, déguenillé, caoutchouteux, plein de mercure, tout ça…
Laissez cuire un peu. Alors là, c’est selon les goûts, moi j’adore quand il est cuit mais limite encore cru, je le trouve alors tendre et tout et tout. Je sais qu’il est cuit quand on passe un couteau pour voir si la chair se décolle facilement de la grosse arete centrale. Toujours couper par le dos. Ça, c’était le conseil de mon père. Ma mère ne l’a jamais écouté, et il en est mort. C’est malin. Mais non, ça porte pas malheur de raconter des trucs de ce genre. Par exemple ma sœur… ah non, c’est un mauvais exemple.
Bien, quand donc le poisson est cuit comme vous voulez (c’est vous qui cuisinez, les autres ont qu’à suivre ou bouffer au kebab du coin. Non, ne proposez jamais ça, vous trouveriez très vexant qu’ils y aillent. Et ils se gêneraient pas pour y aller ces enflures.), servez le à la sauvage, avec les aretes, engueulez ceux qui pensent déjà à ouvrir la bouche pour se plaindre.
Moi, j’aime bien servir ça avec des patates à l’eau et une fondue de poireaux (arrangée avec une cuillère de crème fraîche). Et puis je fais un beurre blanc pas catholique (=pas homogène, comme préconisé par Françoise)
Pour faire cette merveille impie, hachez (à la main, hein, et vite fait, faut pas exagérer !) une échalote, mettez là dans une petite caserolle sur feu moyen avec une cuillère à soupe de vinaigre. Faites chauffer jusqu’à ce que le vinaigre soit évaporé. Ajouter du beurre en petits morceaux. Je vous l’avais dit, pour les proportions, restez pas là. Quand c’est fondu, vos parasites ont intérêt à avoir épluché leur poisson.
Voilà, c’était pas si long que ça?
Allez, un petit blanc par là dessus, et des dicussions avec vos copains… c’est pas ça le bonheur des fois ?

Rigolez bien avec vos copains à vous!
Signé : le kibou .

Posté par lili violette à 23:59 - poissons fruits de mer et autres curiosités marines - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    BLOUP BLOUP

    En tous cas j'ai bien ri en voyant la photo ! )
    Merci !
    Pour la recette en dessous, je t'avouerai que j'ai du pain sur la planche pour arriver à ton niveau !
    En particulier, j'ai une facheuse tendance à laisser les "BLOUP BLOUP" arriver, même lorsque je cuis un oeuf (si si ça m'arrive).
    Bonne continuation à toi.

    Posté par François, 26 janvier 2007 à 16:39

Poster un commentaire