les copains du kibou

de la cuisine, des copains, des bières

30 août 2007

une soirée calme chez le kibou

IMG_2823

    Quand arrive une soirée, le kibou ne s'interroge pas longtemps pour choisir sa tenue. C'est d'abord parce qu'il a un sens inné de l'élégance et du glamour, unique au monde dirait sa soeur, en précisant que ça signifie que le kibou est le seul à pouvoir l'apprécier. Et peut- être même qu'elle ajouterait que le kibou  devrait essayer d'y passer plus de temps. Mais si c'était le cas, on mangerait toujours la même chose chez le kibou. Ah, c'est le cas? Bon, ben, tant pis. Non, quand le kibou se prépare à une soirée, il cherche plutôt quelqu'un qui irait chercher de la bière (un qui aurait perdu au jeu de culture générale en musiques de publicités de corn flakes par exemple), et avec quoi il va bien pouvoir nourrir ses copains affamés, donc si possible, un truc bourratif et pas cher. Et qui impressionne les copains, parce qu'après tout, c'est un peu aussi à ça que ça sert, les amis (je veux dire, bien sûr, ça sert AUSSI à se battre dans la rue et à se piquer du fric les uns les autres, mais c'est pas le sujet).

    Alors, je vais maintenant vous expliquer ce que j'ai choisi de faire cette dernière soirée (eh, ben oui, je repasse à la première personne du singulier, c'est bien moi le kibou, me dites pas que vous ne comprenez pas les subtilités des sous entendu, quand même. Des fois j'imagine que mes lecteurs sont tous de beaux et grand lecteurs cultivés qui maîtrisent tout en ce qui concerne l'art du cannelage des champignons ou de la grande peinture des grands maîtres ardèchois de la fin du siècle dernier.  Et donc également des grandes figures de style littéraires, bien entendu. Ne me décevez pas).

    La dernière fois qu'on a fait une soirée (je veux dire, une vraie soirée, avec une table pour s'asseoir autour, et des discussions qui tiennent la route, pas un apéro qui n'en finit plus où on traine dans les bars en mangeant des frites, bien sûr), j'ai préparé une recette que j'avais trouvée chez Elle, écrite par Trish Deseine: du beurre de thon, citron et anchois, à tartiner sur du pain grillé. C'est typiquement le genre de choses que j'aime préparer (et ce n'est pas uniquement parce que mixer du beurre avec n'importe quoi me rend dingue), c'est parce que comme ça, les copains sont suffisament gavés pour manger sereinement le plat. Sinon, ils se jettent dessus comme des sauvages, ils mettent des miettes partout, ça dégouline sur leurs chaussures et ils disent même pas merci quand on les a servis. On mixe une boîte de thon, avec une gousse d'ail, 2 filets d'anchois à l'huile, 100g de beurre ramolli, 2 cuillères à soupe d'huile d'olive, le zeste d'un citron, le jus d'un demi citron, et du poivre banc. Bien évidemment, je n'avais pas le citron (j'ai mis du jus tout fait, ça a très bien été), ni le poivre blanc (blanc! ah ah. Que personne ne me dise ce que c'est, je veux rester inculte et continuer à ricaner devant les produits sophistiqués). Bon, peut-être que ça explique pourquoi je réessaierai cette recette en relevant un peu plus avec de l'ail et du poivre... j'avais ajouté des morceaux de tiges d'oignons frais en botte que je gardais au congélo pour essayer dans plein de plats différents, en me disant que ça relèverait, mais... bof, ça a pas si bien marché, ça pique pas beaucoup. C'est pas drôle. En fait, ça ressemble beaucoup à la ciboulette. Autant dire que c'est aussi intéressant que si le mixeur mixait d'abord dans le sens des aiguilles d'une montre, puis dans le sens inverse (faudrait que je trafique le mixeur pour qu'il puisse faire ça, ce serait marrant. J'en profiterai pour foutre en l'air ses circuits langagiers. Vous entendriez comme il me parle!) Et puis évidemment, je n'avais pas de zeste de citron, puisque ça fait bien longtemps que je n'ai plus vu un vrai fruit (depuis que les villes se sont enfermées derrière des barbelés pour que les bêtes sauvages ne viennent plus dans les bibliothèques municipales emprunter des livres. Surtout des livres qui expliquent comment fabriquer des kalachnikov artisanales; ou aller surfer sur internet, sur le forum de marmiton).

IMG_2824

    Bon, une fois que tous les copains ont assez mangé et qu'ils arrêtent de tourner en rond autour de moi alors que je bois une bière tranquillement, comme s'ils étaient à Paris, en 1870 (je vous en reparlerai, au niveau gastronomique, ça a été une période riche en innovations. Faut préciser que Paris était assiégé... patience, promis je vous prépare des informations historiques fracassantes)
    Pour cette soirée, j'ai fait un colombo de poulet au rhum, recette que j'ai attrapée je sais plus où (si je dois respecter TOUS les droits d'auteur, je suis pas sortie de l'auberge. Et dans ce cas là, pourquoi pas AUSSI sortir les poubelles et trier les trucs périmés dans le frigo, tant qu'on y est?)

    Pour faire ce truc en sauce, on coupe 4 escalopes de poulet, on les fait dorer dans de l'huile avec de la ciboulette (c'est là que nos grands personnages mystère les queues des oignons frais entrent sur scène), du persil, 2 gousses d'ail écrasées, et un oignon émincé. Une fois que tout a accroché (moi j'ai un wok tefal, ça risquait pas d'accrocher, ah ah, manquerait plus qu'ça), on déglace avec 5 cl de rhum, et ON FAIT FLAMBER! (ça, c'est mon passage préféré, surtout que j'aime bien faire ça chez mes copines qui ont une hotte, après on a eu peur. C'est les meilleurs soirées qu'on passe. On voit des gens très marrants aux urgences, avec des bras de travers, des haches dans la tête qui articulent mal, et pis surtout, on aime bien répondre n'importe quoi aux médecins qui nous posent des questions bêtes).

    Bien, une fois que vous êtes sortis du service psychiatrique (où vous aurez volé le plus de pilules que vous aurez pu, vous les revendrez en laissant croire que c'est des exta, en dessinant des petites têtes rigolotes dessus, ça paye bien à peu d'efforts), vous pouvez ajoutez 40 cl de lait de coco, et une cuillère à soupe de colombo, 2 cubes de bouillon de poule. Vous faites cuire ça à feu doux, et vous servez avec un petit riz, parfumé à l'huile d'olive. Je suis pas sûre, au final que le goût du rhum flambé se sente vraiment, mais c'est tellement dangereux que ça mérite de le faire à mon avis. Oui, juste pour l'amour du risque.


IMG_2826

Bien, maintenant on peut aller se coucher...

bonne nuit du kibou (le jour... la nuit... tout ça, c'est très surfait)

Posté par lili violette à 16:22 - pour les carnivores, et les loups garou - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • Je vais devenir un inconditionnel de ce blog bourré de trouvailles d'écriture, je me régale et rigole franchement! Ah, les circuits langagiers du mixer, de vrais connards, je suis bien d'accord avec toi!

    Posté par Patrick CdM, 30 août 2007 à 16:50
  • Pareil que Patrick...

    Posté par Stéphanie, 30 août 2007 à 17:29
  • ah là, stéphanie, va falloir que je te donne des cours de vocabulaire. Première leçon: quelques adjectifs faciles à placer: merveilleux, talentueux, inventif, ingénieux. Sinon, y'a aussi lourdingue et trop long, mais ces mots sont plus difficile à placer, tu en conviendras... (ceci est un message subliminal qui a pour objectif d'aliéner les blogueurs, puis, à plus long terme, la terre entière)

    Posté par lili violette, 30 août 2007 à 17:34
  • Je ne te decois pas, je ne suis pas grande, mais je suis belle et cultivee
    Treve de plaisanterie...Tu m'as l'air d'avoir de droles de copains dis donc...Mais tu t'es bien decarcasse. Ton idee de colombo de poulet au rhum est a rajouter a mon essai de poulet au rhum et ce beurre est fort sympathique aussi.

    Posté par Lolotte, 30 août 2007 à 19:34
  • Mon Nomamoi essaie péniblement de regarder les infos tandis que je ris à gorge déployée en lisant ton billet! Il été obligé de me faire une remarque... Il cause mieux que ton mixeur.
    2 recettes pour le prix d'une ce soir, chouette! Ton beurre de thon me paraît fort sympa. Typique cuisine de placard (c'est pas une insulte, ne m'envoie pas tes potes en expédition punitive STP! lol!), j'ai donc tout ce qu'il faut pour le faire.
    BIses!
    Cath

    Posté par lacath, 30 août 2007 à 20:36
  • Merci Trish et bonne nuit à toi ...

    Posté par Fabienne, 30 août 2007 à 21:51
  • Le pauvre kibou se démène dans tous les sens avec ses recettes d'enfer et ses photos à ranimer Locuste et la Brinvilliers réunies mais tout le monde s'en fout car le plus drôle chez le kibou, c'est le style.même que le kibou devrait songer si ce n'est déjà fait, à ecrire et nous concocter un polar culinaire avec meurtres en serie dans les fours , les congelateurs ou à la toute nouvelle 'feuille de boucher'
    merci pour le coup de pub

    Posté par Tao le chat, 31 août 2007 à 14:47
  • ben, ça, la feuille de boucher, on dirait que ça t'a impressionné, le chat! et t'as pas tout vu, j'ai trouvé une réserve de vocabulaire d'armes blanches de cuisine... je te dis rien, tu découvriras au fur et à mesure, gare à tes moustaches!

    Posté par lili violette, 31 août 2007 à 15:23

Poster un commentaire