les copains du kibou

de la cuisine, des copains, des bières

15 octobre 2007

Attrapez un mouton, épluchez-le...

IMG_2886

Quoi "bloup bloup bloup"? articulez, je comprends rien.

    Au départ, c'était bien parti, j'avais prévu de suivre une recette, et puis, c'est parti en vrille quand j'ai vu que je n'avais rien de ce qu'il fallait. alors, ça a été de l'impro, et ma foi, ça a marché, les copains ont mangé sans raconter trop d'horreurs, ce qui est signe qu'ils aiment bien...

    Voilà comment je m'y suis prise: (je vous donne les proportions pour 4 personnes, à vous de faire un produit en croix pour ajuster en fonction de vos copains à vous, et de ce qu'ils ont fait (les miens n'ont pas autant faim quand ils reviennent de leur club de spiritualité ou d'une course en bulldozer sur un parking, allez comprendre).

    Prenez 8 petits morceaux de mouton avec un os au milieu (pas moyen de trouver le nom de ces os, j'aurais pas dû sécher les cours de vocabulaire dans ma formation de boucher- charcutier- traiteur (option noms d'oiseaux)), faites les revenir dans la cocotte pour qu'ils dorent. Inutile de rajouter du gras, ils en ont bien assez comme ça, ça va laisser une pellicule dans le fond. Heureusement que je ne publie pas mes billets le matin à l'heure du petit déjeuner. Je dis ça pour vous, moi je l'écris en buvant mon café au lait. Je suis indestructible.

    Ensuite, on ajoute 2 oignons, qu'on laisse aussi dorer, et quand ça commence à craindre pour eux (y'a pas assez de gras, ils noircissent, faut pas rater le coche), on ajoute 3 carottes coupées en rondelles, et pis 4 tomates. Y'en a qui les éplucheraient, moi, je fais pas ça, les copains se rendent compte de rien, au pire ils laissent les peaux sur le bord de l'assiette, je trouve quand même ça moins terrible que si je  mettais des noix dans un gâteau avec leurs coquilles. En plus, faut quand même le dire, je trouve que quand on ouvre ses cannettes de bière avec les dents, on peut plus tellement se plaindre de trouver des coquilles d'oeuf ou des arêtes dans son assiette.

    Ensuite, on rajoute 2 gousses d'ail, sans la peau, mais entières. Et puis du thym frais et du persil (vous le croyez si je vous dis que je cueille ça sur mon balcon, qu'ils poussent bien malgré les gaz d'échappement, qu'ils dorment bien malgré le bruit des camion de poubelles? Bon, d'accord, ils insultent les voisins, on peut pas tout avoir).

IMG_2887

    Ensuite on sale, on poivre, on verse beaucoup d'eau, (soyons cru, disons le carrément, on noie tout le monde) et on saupoudre de cannelle, paprika et de safran. Je crois que c'est le secret, ça, le safran.  J'adore. Bref, arrêtons de parler de mon secret d'éternelle jeunesse qui n'a aucun effet secondaire (à part le fait d'ouvrir un blog pour écrire n'importe quoi, mais avouez qu'en échange de la beauté du diable, c'est bien peu d'ennuis). (que ceux qui y croient m'écrivent un mail, je me ferai un plaisir de leur vendre un peu de mon stock béni par une vierge bossue un peu mytho que je connais).
On laisse mijoter quelques heures jusqu'à ce que la viande se détache des os (ouh, on se croirait dans l'autopsie d'un vieux polar bien glauque) et le meilleur, je ne sais pas si c'est la viande, ou le bouillon qu'il en résulte. Surtout, s'il vous reste du jus, ne le balancez pas, ça pourra vous servir pour cuire du riz ou de la polenta (comme Lucile Poppins) ou même, mixez- moi tout ça pour faire une soupe...

IMG_2888

Et voilà, encore une aventure qui se termine bien pour le kibou (ah par contre, c'est dramatique pour nos amis les moutons,  nombreux à me lire, je le sais, mais que ceux ci se consolent, la semaine prochaine, une recette de caneton nantais)

bises du kibou!

Posté par lili violette à 11:00 - pour les carnivores, et les loups garou - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Je ne connais que 2 morceaux qui correspondent : le jarret (c'est son nom entier, en tranche on l'appelle souvent osso bucco du nom du plat auquel il participe le plus souvent) ou le collier (et dans ce cas c'est les vertèbres cervicales l'os du milieu) et vu tes photos, à mon avis, c'est du jarret! Mais je n'ai jamais fait de dissections à part un oeil de mouton et une cuisse de grenoille en 5eme... alors moi c'que j'en dis, hein... Bon!
    Ca change de l'osso bucco avec sa gremolata, at recette! Sympa!
    Cath

    Posté par lacath, 16 octobre 2007 à 21:47
  • Euh... du mouton vraiment, ou de l'agneau? Car le mouton fouette. Mais bon, c'est un style.

    Posté par Estèbe, 19 octobre 2007 à 19:15
  • Rhan, je l'aurais bien faite cette recette (et tant pis pour les moutons... en même temps, une fois qu'on les a tondus pour se faire une veste, ils doivent se sentir ridicules et je suis sûre qu'ils préfèrent donner leur corps à la cuisine que rester nus comme ça) mais sans le persil injurieux, je suis sûre que ça le fera moins. pfff !

    Posté par aurélie, 15 octobre 2007 à 11:52
  • ici on appelle ça de l'oso buco je pense ou encore du navarin mais ça je crois que c plutôt le nom donné à une recette ça
    enfin tjs est-il que ton plat à l'air excellent et que j'adore ta façon de l'expliquer (t'as bien raison pour les tomates ils n'ont qu'à mettre la peau sur le côté loll
    Promis je publierai le rat farci et la cervelle bouillie juste après mon repas d'halloween
    bizzz

    Posté par Domi, 15 octobre 2007 à 20:40

Poster un commentaire