les copains du kibou

de la cuisine, des copains, des bières

22 février 2016

De l'intérêt du fumet de crevettes

      Ok les gars, aujourd'hui je vous reviens d'entre les crevés (je parle pas du carnaval où j'ai FAILLI être malade le lendemain- mais pas du tout, j'ai une constitution d'enfer, quelle santé mes amis! je trouve pas ça juste pour les autres, vu que j'ai même fait des MELANGES!- on avait pas dit que c'était interdit par le code des mecs qui décident que ça rend malade?- ben si, mais voilà, les kibous ça respecte rien) (je me souviens même -vaguement- que j'ai bu du pastis violette dans le verre d'un gars que je connais même pas, ce qui est en fait le principe fondateur du carnaval)

     bref, donc, pour revenir ici, il fallait vraiment une bonne raison: les mecs, j'ai fait une des meilleures soupes que j'ai jamais mangée (et faite aussi, par la même occasion) (oui, je sors pas beaucoup) (à part dans les tunnels d'usine pétrochimique mal fréquentés je veux dire) (enfin ça reste toujours mieux fréquenté que l'assemblée nationale) 

     Bon, et donc je retire toutes les saloperies que j'ai pu dire sur les ayatollahs du bouillon, j'avoue que je disais souvent que bon, d'accord, c'est sûrement meilleur avec du vrai bouillon, la soupe, mais bon, j'avoue que c'est sûrement pas pour ceux qui doivent courir dans tous les coins de la ville pour emmener les copains faire leurs activités péri-kibouesques (sinon, ils font n'importe quoi à la maison, ils regardent chica vampiro à la télé toute la journée, pis après ils font des blagues de vampires aux voisins, ou même à moi même, ils me fatiguent et je les supporte plus. Autant qu'ils aillent embêter les mecs de pole emploi en leur posant des questions stupides pendant leurs formations "monsieur? pourquoi on peut pas dire qu'on a une formation de volailler alors qu'on a passé une grande partie de notre vie au commissariat, on s'y connaît quand même vachement en  poulet. Mais pas en dépeçage de poulet, ça, c'était pas moi". Ou bien: "pourquoi on peut pas répondre "dans ton cul" à un gars qui nous demande où on a eu notre permis de conduire?"

     Bref, cette fois, j'ai pris le temps de faire revenir les têtes et les carapaces des crevettes dans du beurre et du vin blanc. Quand tout le vin blanc a été bu par les crevettes (tiens, elles aussi elles pourraient faire une petite formation, tiens, au lieu de boire mes réserves de pinard) (comme si j'en avais trop!), ben on met de l'eau, et on laisse frémir un bon moment. Ou bouillir, je sais plus maintenant (faites bien comme vous voulez, de toute façon je suis pas là-officiellement-pour vous surveiller...)

     Alors ensuite, j'ai fait cuire dans du beurre quelques carottes en petits dés, un gros oignon tout coupé en petit aussi, et du poireau (coupé aussi, hein, soyez pas débiles, laissez le pas entier), j'ai fendu une tige de citronnelle qui chialait toute seule dans le frigo, pis de l'ail préssé, j'ai saupoudré de gingembre (je voulais vraiment en mettre du frais, mais figurez vous que quelqu'un l'a trouvé trop moche dans le frigo- "c'est quoi cette vieille carotte pourrie?" et l'a jeté à la poubelle)  et quand j'ai décidé que la cuisson, ça suffisait comme ça, j'ai rajouté du bouillon de crevettes. J'ai lasisé suffisamment longtemps pour que les carottes soient fondantes. J'ai aussi ajouté un peu de purée de piment parfumé qu'on m'avait rapporté de Guyane (oui, les copains s'exportent parfois, ils ont ensuite des valises remplies de caïpirinha et de rhum- et du piment. C'est plutôt un bon investissement de se cotiser pour les expédier là bas. Pis pendant ce temps, ils boivent pas mes réserves. C'est nous qui les buvons en regardant les flics les chercher dans toute la ville).    

     Et au dernier moment j'ai rajouté les crevettes coupées en petits morceaux (ben j'espère que vous les aviez mises de côté même si je vous l'avais pas précisé tout à l'heure) (j'ai une pensée pour tous ceux qui se sentent un peu con et qui se demandent s'ils pourraient pas les récupérer quand même dans la poubelle) (mais quand même vous êtes un peu con d'avoir fait ça)

     bref, on ajoute une petite brique de lait de coco, réchauffez un peu si votre lait de coco était pas complètement homogène, et hop, c'est prêt. Vous pouvez éventuellement retirer la tige de citronnelle, mais franchement, si vous avez des copains assez cons pour s'étrangler avec, ben, je peux rien pour vous (en même temps, ça peut se comprendre si vous jetez les crevettes à la poubelle parce que j'avais pas précisé de les garder pour plus tard)

     J'imagine que vous voudriez bien une photo pour vous faire une idée, c'est con, j'en avais une super, mais je l'ai jetée avec les crevettes. Nan, je déconne.

des bisous? boah, allez, c'est d'accord, des bisous les mecs.

 

Posté par lili violette à 13:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Je suis loin d'être un ayatollah du bouillon mais j'avoue que tes petites crevettes ainsi mitonnées dans leurs carapaces (j'ai pas bien suivi?) ça doit être assez bon! Et au carnaval tu bois dans le verre de qui tu veux mais rien que de la biere! Crois en ma vieille expérience...

    Posté par Babeth De Lille, 23 février 2016 à 11:50

Poster un commentaire